Snapchat est une application mobile de messagerie qui propose de partager des images ou des vidéos qui seront visibles par le destinataire pendant une très courte durée. Passé un temps de 10 secondes, le média n’est plus disponible et est totalement supprimé des serveurs Snapchat.

Facebook le voulait vraiment

Si les propriétaires de Facebook n’ont pas encore mis la main sur la fameuse application qu’est Snapchat, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Il faut dire que ce réseau social aurait tous les avantages en utilisant le système de cette application. En effet, son caractère éphémère offrirait à Facebook la solution dont il a besoin pour essayer de limiter l’intrusion dans la vie privée des personnes par l’intermédiaire des historiques des messageries. Surtout qu’il a été récemment annoncé qu’un inventeur a créé en toute légalité un appareil qui permettait de voir l’historique des messages instantanés de réseaux sociaux. Pire, cet appareil peut réussir à localiser avec une grande précision la position exacte où se trouvait une personne au moment d’envoyer un message.

Les dirigeants de Facebook ont fait clairement comprendre à ceux de Snapchat qu’ils avaient grandement besoin de cette application. Ils étaient prêts à mettre la coquette somme de 3 milliards de dollars US pour s’approprier ce petit bijou. Dans le but de faire monter les enchères ou si véritable une ferme, Snapchat a refusé catégoriquement toute transaction avec Facebook ainsi que tous les autres prétendants. Oui Facebook n’était pas le seul à être fasciné par le système éphémère de l’application.

Pourquoi Snapchat a refusé

Visiblement ce n’est pas une grosse somme d’argent qui fera céder les dirigeants de Snapchat. Ces derniers ont pour intention de faire une entrée en bourse. Une entrée en bourse, pour quoi faire ? Et bien justement, c’est ce qui construit la grande motivation des dirigeants à ne pas vendre. Une entrée en bourse serait synonyme de plus grande notoriété. L’entreprise aurait ses capitaux propres pour son développement, sans parler de la diminution du coût du capital, mais aussi cela permettrait aux actionnaires d’avoir des liquidités.

Une société ne peut pourtant pas faire une entrée en bourse à sa guise. Elle doit d’abord acquérir le consentement de l’autorité des marchés financiers comme la SEC ou Securities and Exchange Commission aux États-Unis d’Amérique. Snapchat n’a pas encore passé cette étape, mais étant donné sa notoriété actuelle cela ne saurait tarder.