Dans l’idéal, les cookies sont censés privilégier le retour ultérieur du visiteur sur le même site, en enregistrant par exemple son identité, ses cordonnées, sa langue, son type de navigateur, ses paramètres et ses préférences (centre d’intérêt, produits de prédilection, etc.), donnant au visiteur le sentiment d’être plus qu’un simple connecté.

Les données utilisateurs sont aussi récupérées par les moteurs de recherche qui les utilisent notamment pour accroître l’occurrence des annonces proposées après un mot-clé. L’utilisation des cookies pourrait être tolérable, voire favorable, si elle ne servait pas aussi les régies publicitaires dans leur stratégie de marketing.

Trois sortes de cookies

Les cookies essentiels permettent le bon fonctionnement d’un site comme le choix de la technologie d’affichage et d’ergonomie la plus adaptée à vos paramètres informatiques et la sécurisation des données bancaires. L’acceptation de ce types de cookies et généralement imposée dans les conditions d’utilisation des sites.

Les cookies analytiques ou comportementaux ont pour principale fonction de retenir les paramètres enregistrés sur un site afin d’être identifié automatiquement à chaque visite. Ces cookies aident aussi à la sélection des pages préférentielles, par exemple l’accession directe à la page « forum » d’un site sans passer par sa page d’accueil.

Les cookies de tracking publicitaire ou cookies marketing permettent aux sociétés de publicité en ligne de diffuser sur les écrans d’ordinateurs du contenu en rapport avec les centres d’intérêts du moment de l’internaute. C’est ainsi par exemple que des encarts sur les produits bio vont inonder ses pages suite à la lecture d’un article sur le sujet.

Que dit la loi ?

Conformément à la loi, un cookie ne devrait enregistrer que les informations que vous avez bien voulues fournir via, par exemple, un formulaire ou une demande d’autorisation clairement signifiée par le webmaster. Tout aussi clairement doit être mentionné le but fonctionnel précis de ce cookie et les conséquences de son insertion dans le disque dur.

En vérité, dans la pratique, il suffit de cliquer sur une page d’un site pour que cette initiative soit implicitement appréhendée comme l’expression de l’acceptation des cookies ! Il y a incontestablement dissonance entre la législation et la pratique et l’on peut considérer alors que tous les sites utilisent illégalement les cookies.

Un processus législatif qui se mord la queue

Pour respecter scrupuleusement la loi, les administrateurs de sites devraient systématiquement proposer un bandeau reprenant les mentions obligatoires préalables à l’acceptation de cookies. Mais l’internaute a déjà accepté tacitement les cookies en cliquant sur la page où il découvre ce message d’avertissement ! Il faudrait donc que le bandeau légal soit « posé » en amont… Où ? Comment ? Par qui ?