Depuis son lancement sur l’App Store au début de ce mois de janvier, l’application dénommée Stolen a rapidement fait le buzz. Sortie dans sa version bêta, elle agite le twittosphère en quête des fameux codes. Zoom sur un phénomène aussi mystérieux qu’incompréhensible.

Stolen : qu’est-ce donc ?

Pour beaucoup, Stolen demeure une application pleine de mystère et pour cause, après son téléchargement sur la plateforme de la firme de Cupertino, il est indispensable de l’activer à l’aide d’un code afin de pouvoir s’inscrire et ainsi jouer. Or ce code ne peut être obtenu qu’avec l’aide d’un utilisateur qui en propose. Un véritable jeu de séduction s’opère alors au fil des tweets et des hashtags, et ceux qui disposent d’un code voient le fil des followers grossir. Pour les créateurs, cette méthode a pour principal objectif de tester la popularité de leur application avant le lancement effectif… ou un retrait de la bibliothèque si le succès n’est pas au rendez-vous. C’est également un moyen d’éveiller la curiosité des investisseurs.

Stolen : un principe de jeu qui rend fou

Pour celles et ceux qui arrivent à activer Stolen avec leur code, ils obtiendront de l’argent virtuel pour se lancer dans le jeu. A priori, le principe est simple puisqu’il faut acheter des personnes, connus ou inconnus avec cet argent. La difficulté est de ne pas se faire voler ces personnes par d’autres qui auront réussi à surenchérir. C’est de là que vient le nom du jeu, « Stolen », qui veut dire volé ou subtilisé dans la langue de Shakespeare. Étonnante rencontre entre les réseaux sociaux, la bourse et le jeu de rôle, Stolen rendrait ses utilisateurs totalement dépendants. Le tout est de savoir si l’application va être appréciée dans la durée ou s’il profite juste d’un effet de buzz.