De plus en plus populaire chez les responsables IT et toujours aussi incompréhensible par l’internaute lambda, le big data est aujourd’hui placé sous l’étroite surveillance de l’Union européenne.

Pourquoi le big data est-il au centre des préoccupations ?

Le big data, ou littéralement mégadonnées, est l’ensemble des bases de données colossales exploitées par les grandes entreprises de la technologie Internet qu’il est désormais impossible d’exploiter à des fins stratégiques par les méthodes traditionnelles. En récoltant une somme impressionnante de données, les plus grandes entreprises mondiales, majoritairement de nationalité américaine, seraient à même de détenir un outil puissant qu’ils peuvent utiliser à des fins anti-concurrentielles. C’est ainsi que la commissaire européenne à la concurrence a déclaré surveiller de près les pratiques du secteur afin d’éviter aux ténors d’accaparer les données et ainsi défavoriser les autres entreprises de moindre dimension. Il est à noter que ces données se monnayent aujourd’hui entre les différentes entreprises, mais leur coût est souvent prohibitif.

Des indices pour mieux comprendre le big data

Avec plus de trois milliards d’internautes recensés dans le monde entier, les données qui voyagent à travers le réseau sont incommensurables. Chaque acte que nous effectuons crée une entrée, qu’il s’agisse d’une inscription à un site, d’une consultation de site, d’un acte d’achat, de la géolocalisation ou de l’envoi d’un e-mail. Ces données personnelles, dont les géants américains Google, Amazon, Facebook et Apple détiennent 80 % du volume sont traitées de manière à pouvoir établir une stratégie de développement particulièrement efficace tout en améliorant l’efficacité de la publicité ciblée. On leur prête la capacité de prédire l’avenir. Ces données immenses sont parfois mises à disposition des chercheurs et des universitaires qui les utilisent à des fins scientifiques. Ils participent ainsi à déterminer l’évolution des habitudes de l’Humanité et proposer de nouvelles politiques en faveur du bien-être de la population. Enfin, la gestion des data centers qui stockent les données va procurer plus de 4 millions d’emplois dans les années à venir.