Dans le schéma classique du e-commerce, l’acheteur se rend sur un site web pour chercher le produit qui lui plait, le mettre dans le panier et valider avant d’attendre la livraison. Avec l’avènement des réseaux sociaux, le social commerce commence à émerger et modifie sensiblement le visage de l’achat en ligne.

Facebook : les changements qui favorisent le social commerce

Facebook n’est désormais plus un lieu uniquement dédié aux échanges et aux partages puisque les dernières modifications majeures opérées par les employés de Mark Zuckerberg plaident en faveur d’un commerce qui s’opère à travers les réseaux sociaux. L’apparition du bouton acheter au sein même de Facebook, généralement au sein de la page officielle d’un site de vente en ligne. Ce bouton d’appel à l’action particulier, combiné aux traditionnels « J’aime » et « Partager », aboutit à un taux de conversion particulièrement élevé. D’autres boutons d’appel à l’action comme une invitation à jouer à un jeu, à utiliser une application ou à s’inscrire sur un site font partie des nouvelles révolutions des réseaux sociaux.

Un secteur commercial en quête de followers

L’autre aspect du social commerce est la volonté de créer une communication de proximité par l’intermédiaire des tweets et des posts qui sont autant d’occasions de faire parler d’un nouveau produit ou du magasin. Corollairement à cela, les avis négatifs sont la hantise des responsables du marketing digital, car ils influencent plus que les publicités traditionnelles. Marque du rôle prépondérant des réseaux sociaux, le community manager occupe aujourd’hui une place centrale dans la stratégie marketing d’un site e-commerce. Tous les sites de vente en ligne sont aujourd’hui en quête du plus grand nombre de fans et de followers  qui deviennent souvent des ambassadeurs sans qu’il n’y ait besoin de consacrer un budget de communication colossal. Pour les sites e-commerce dédiés à la mode et au design, les images épinglées par les membres de Pinterest sont particulièrement appréciées. Au final, ce sont les chiffres de vente en augmentation qui concrétisent l’efficacité du social commerce.