De 400 millions en 2 000, le nombre des utilisateurs de l’Internet bondirait à 3,2 milliards vers la fin de cette année 2015. Cette augmentation illustre très bien l’engouement pour le secteur numérique.

Une augmentation très forte dans les pays développés

Ces données peuvent certes, étonner plus d’un, mais sachez qu’elles possèdent un degré de fiabilité élevé. En effet, elles ont été tirées du dernier rapport de l’Union Internationale des Télécommunications. Il est à rappeler que cette dernière est l’entité des Nations Unies, à qui incombe la responsabilité d’assurer le développement des technologies de l’information et de la communication.

Il s’avère que procéder au comptage des internautes est une opération qui se révèle assez ardue, voire quasiment impossible. D’ailleurs, il faudrait avant tout convenir d’une définition de ce qu’on entend précisément par cette dénomination. De ce fait, ce sont les données fournies par cette entité qui offrent une idée de ce qu’il en est.

Un détail frappe dans le dernier rapport proposé par cette agence des Nations Unies. Il a été avancé que sur les 3,2 milliards d’utilisateurs d’Internet que l’on comptabiliserait à la fin de cette année, deux seraient localisés dans les pays en voie de développement. Textuellement, il est écrit dans le rapport cité que « Pour chaque utilisateur d’internet dans le monde développé, il y en a 2 dans le monde en voie de développement ».

La fracture numérique subsite entre les pays du Nord et du Sud

Toutefois, le taux des personnes n’ayant pas accès à Internet, dans les pays en voie de développement, est encore très faible. Textuellement, il est écrit dans le rapport cité que « Pour chaque utilisateur d’internet dans le monde développé, il y en a 2 dans le monde en voie de développement ».

Il faut aussi tenir compte du fait que la qualité des infrastructures pour proposer l’Internet n’est pas la même partout dans le monde. Cela implique logiquement une différence au niveau de la vitesse. En plus, les tarifs appliqués dans les pays en voie de développement pour l’Internet, sont quasiment le triple de ceux en vigueur dans les pays développés. Quant à l’Internet mobile, son prix est d’environ le double des tarifs appliqués dans les pays développés. Il n’est donc pas surprenant que le taux de pénétration de l’Internet dans les pays en voie de développement, soit si faible, par comparaison avec celui des pays développés. Toutes ces informations proviennent du rapport dernièrement déposé par l’Union Internationale des Télécommunications. Il est à noter que les tarifs ont été comparés en dollars.