Une mise à jour du référencement naturel google a été spécialement conçue pour les mobiles. Cette dernière a été connue sous le nom de « mobile-friendly » avant d’être surnommée « MobileGeddon ». Le principal rôle de cette nouvelle application est de capter les sites les mieux positionnés. Les conséquences de son lancement ont été très attendues, il y a quelques mois de cela.

Sa réputation l’a précédée, semant des troubles au sein de la toile. En effet, les habitués craignent la mise à l’écart, voire l’extinction totale de leurs sites dépourvus de bon positionnement par l’arrivée de ce nouveau système. Mais finalement, les résultats tant attendus n’ont pas été aussi pertinents. Les sites non-optimisés ne s’en sortaient pas aussi mal que prévus.

Statistiques

Actuellement des analyses ont été ouvertes pour voir cela de près, dont celle d’un bureau d’études britannique nommé Koozai. Il a spécialement enquêté sur les petites et moyennes entreprises et les statistiques rapportent que pour près de 2000 organismes : 60% d’entre eux ont affirmé que Mobilegeddon a trop mis l’accent sur ses caractéristiques de meilleur référencement et que la mauvaise rumeur annonçant la fin des sites mal-positionnés n’était ainsi que déstabilisation démesurée.

Même si les conséquences n’ont pas été aussi terribles que prévues, des changements dus à cette mise-a-jour ont été tout de même aperçus au niveau des trafics des sites des PME. A savoir, 41% d’entre eux ont remarqué que leurs sites ont pris du recul vis-à-vis des résultats de recherche. Et ce désagrément peut amener une perte de près de la moitié de trafic.

L’adaptation d’un site aux mobiles ne promet pas obligatoirement un meilleur référencement

En effet, logiquement l’on se met à penser que si on ajuste son site spécialement aux mobiles le lancement de google n’aurait pas d’effets. Malheureusement si. Cette mesure de prévention ne met pas à l’abri. Pour preuve, 27% des enquêtes ont affirmé qu’ils ont tout de même enregistré une baisse de positionnement dans les résultats de recherche.

D’après le CEO de Koozai, cet échec des PME malgré cette solution prise est peut-être dû aux autres rôles de cette nouvelle application consistant à élaborer un système de rapatriement des pages des concurrents vers les autres critères du moteur de recherche google.