Etape fondamentale de la création d’entreprise, l’évaluation du potentiel de son secteur est primordiale. Il s’agit d’analyser la concurrence, de savoir identifier le futur chiffre d’affaires à travers la compréhension d’une clientèle potentielle.
Sondages en ligne, études sectorielles du Web, cabinets spécialisés peuvent vous aider, mais n’oubliez jamais que votre entreprise se développera dans un tissu local qui ne ressemble à aucun autre.

Les données de base de l’étude de marché

Où en est la concurrence ?

Il faut tout connaître, concurrents directs et indirects, savoir s’il existe de nouveaux entrants possibles ou récents, décortiquer leur offre, leur gamme de produits et leur implantation.

Qui seront vos clients ?

Leur composition sociologique, leur future fréquence d’achat, les obstacles à la vente, le moment où ils seront prêts à acheter sont à étudier. Travailler, fidéliser pour garantir son effectif de clientèle est un objectif majeur.

Quelles sont les caractéristiques du marché ?

Pour évaluer la position concurrentielle, savoir vers quelle gamme de produits s’orienter, il faut connaître les tendances, la taille du marché, la part susceptible d’être captée.

Les outils à utiliser ou à créer

L’existant

Pour examiner les tendances actuelles, analyser l’évolution et le degré de saturation du marché, utiliser d’abord les moyens existants. Les études sectorielles disponibles sur le Web ou dans des revues spécialisées, documents édités par l’APCE ou études Xerfi fournissent de précieux enseignements.

Ce que vous devrez réaliser vous-même

L’étude locale. Deux méthodes : l’analyse du secteur par la concurrence, celle par la clientèle. Les deux méthodes permettent d’évaluer le chiffre global du secteur.

Dans le premier cas il est possible de se baser sur des sites comme sociétés.com. Une alternative est de se renseigner auprès des fournisseurs, dans le même but.

Dans la seconde hypothèse on travaille à partir des intentions d’achat des ménages. Les chambres consulaires sont ici les meilleures ressources. Elles disposent de données locales et de réseaux implantés qui peuvent être d’un grand secours.

Le mieux est bien entendu de réaliser les deux études, et de recouper les résultats pour plus de fiabilité.

L’aide au diagnostic d’implantation locale, communément appelé ODIL, est un outil de l’INSEE qui peut également s’avérer très utile, en permettant d’évaluer la zone de chalandise de votre future entreprise, comme la nature de votre clientèle.